ANNÉE 977              

 

On a vu le couple impérial  commencer l’année à Cologne quels ont été les festivités du 25 décembre

et surtout leurs "vœux" pour la nouvelle année ?

Adélaïde, leur première fille, naitra fin juillet ou août. Après l’arrivée au pouvoir de Basile II à Constantinople,

les premiers éléments de la future crise en Italie du Sud se mettent en place.

 

JANVIER

Mais que sont ces chuchotements, ces sourires entendus, ces bruits de couloir serions-nous tentés de dire ? Ses demoiselles de compagnie, ses serviteurs, la gouvernante Anastasia semblent détenir un secret d’alcôve pourrions-nous dire. L’impératrice serait enceinte !!!

Donc pas question de s’engager dans des voyages difficiles, et le premier voyage de l’année est semble-t-il celui vers Tiel à près de 200 km. seulement et en terrain plat !

En attendant, on s’attarde un peu, le départ n’aura lieu qu’à la fin du mois, en profitant peut-être d’une période d’accalmie de l’hiver.

 

FÉVRIER

En cours de route, à la  demande de l’abbé Bomar, appuyé par  l’intervention de son épouse, Otton établit un diplôme de cession de propriétés au bénéfice de l’abbaye de Gand. (RIi II, 2, n° 730)

 

Ier - 19 MARS

- Tiel an der Waale, (Thiel, Tiela) aux Pays-Bas dans la province de Gueldre au-delà de Nimègue sur la rivière Waal, est une destination importante, car la ville est un centre d’échange actif entre le Saint Empire et les îles Britanniques. Elle nécessitait bien une visite d’autant qu’elle fait partie, avec ses environs, des biens donnés par Otton II à Théophano lors de son mariage : elle venait doncprendre connaissance de ses terres.

Il pourrait y avoir eu des "curtes" ou des ensembles agricoles importants pouvant abriter les voyageurs commerçant, à fortiori la Cour, depuis le IXe siècle! Toutefois, bien placé pour le commerce maritime, elle l’était moins face aux invasions des Vikings ! La dernière, ayant eut lieu en cette année 881, a marquée les esprits.

Quelques discussions et règlements de litiges et on repart pour un court trajet, vers Nimègue, qu’ils commencent à bien connaitre.

 

23 MARS – 2 AVRIL

- Nimègue leur apparait sous la neige qui n’a pas totalement fondu. Ils sont toujours logés dans le palais où Charlemagne est venu plusieurs fois. C’est même ici qu’il prépara, en 806, son "Divisio regnorum" pour préparer sa succession, en fixant les territoires répartis entre ses fils, et organisant la prochaine réunion à Diedenhofen (Thionville).

C‘est l’occasion de revoir la chapelle Saint-Nicolas en cours de construction, sous la neige.

Théophano aura tout juste un peu plus de temps pour  connaître la ville et l’abbaye Saint-Alban. On lui explique qu’au VIIe siècle il existait ici une église, en partie détruite ensuite par un tremblement de terre en 858. Alban de Mayence, sans doute un missionnaire grec de Naxos, y était mort en 406 et l’abbaye fut nommée en son honneur, en 787, par Richulf, archevêque de Mayence. Elle fut, en 794, le lieu de sépulture de la reine Fastrade, troisième épouse de Charlemagne et devait accueillir par la suite les dépouilles de nombreux archevêques de Mayence.

Le plus connu est saint Boniface de Mayence : archevêque de 745 à 754. Deux synodes s'y sont tenus en 813 et  847 tout cela confirme son importance pour les Carolingiens.

Le Pontifical romain-allemand* y fut conçu au Xe siècle et contenait entre autres, le Pontifical de Mayence, l"ordo coronationis" qui prescrit l’étiquette des cérémonies de sacre, d'onction et de couronnement des empereurs.

 

8 - 15 AVRIL

- Ingelheim et son "aula regia" les accueillent pour Pâques. Les choses sont maintenant bien visibles, Théophano attend son premier enfant. On fait donc une petite pause et une grande partie du trajet va se faire en litière. D’autant que si la destination finale se trouve à Fulda, où le couple est attendu pour le 15 mai, il doit passer par Brumath et Diedenhofen pour des questions litigieuses à régler et que cela représente près de 700 km. Dans le règlement des deux cas, apparaitra le nom de l’impératrice, en particulier au bénéfice de l'abbaye de Murbach. (RIi II, 2 n° 759)

 

27 - AVRIL 

- Brumath  rappelle, selon une tradition orale, que les Romains de Julien l'Apostat vainquirent ici les tribus germaniques vers 357, presque sous les murs de Strasbourg. (Goldsworthy 2001, p. 178)

On ne peut savoir si elle apprit également, que l'empereur romain avait été conseillé par un administrateur d'origine arménienne : Parouyr.

La ville étant proche, c’est son évêque, Erkanbald de Strasbourg, prévenu, qui les accueille. D’ailleurs le couple impérial va y faire un saut pour voir les projets de la très grande cathédrale prévue, la précédente, incendiée en 873, étant encore là, presqu‘en ruines.

L'évêque en profite pour intercéder auprès d’Otton II et de Théophano pour rétablir les avantages que l’abbé Berehge, de Murbach, avait obtenu d’Otton Ier (RIi II, 2, n° 742), qui lui-même confirmait un diplôme de Conrad Ier ( RIi, Konrad I, 12 mars 913)

 

10 MAI

- Diedenhofen (Thionville) a été très fréquentée par Charlemagne ; une légende entoure la Tour des Puces du XIe siècle, que ne pourra bien entendu pas voir Théophano.

Ils furent reçus par l’évêque de Metz, Théodoric, qui lui donna d’autres précisons sur la ville. Il lui apprit ainsi que c’est ici, en 806, que le vieil empereur, sentant sa fin proche, avait réuni les grands de l’empire pour décider définitivement de son partage. Après d’autres, Henri Ier l’Oiseleur y séjourna, mais surtout Théodoric lui rappela un événement dramatique, la destruction, en 939, d’une partie de la ville par l‘évêque du moment, Adalberon, à l’arrivée d’Otton Ier venu la reconquérir.

Pendant leur séjour, à la demande de Théophano, il promulgue deux diplômes,  l’un au bénéfice de l’abbesse Ermengard de l’abbaye des nonnes de Bouxières (Bouxière-aux-Dames)  et l’autre pour le transfert de la propriété d’un monastère à Metz.                    (RIi II, 2, n° 744,746)

 

21 MAI           
- Fulda est agréable au mois de mai et le couple
s’y attarda. Ce sera pour Théophano l’occasion de s’intéresser à la réalisation en cours du sacramentaire, commandé au scriptorium de Corvey, mais qui portera le nom de son commanditaire, le sacramentaire de Fulda (Fuldaer Sakramentar).

Cela méritait, pour Théophano, de passer un peu de temps avec les scribes et chercher à lire les textes, maintenant que le latin lui est moins obscur. Le moine scribe, connaissant son origine arménienne, lui montra le feuillet du mois de février qu’il était en train de calligraphier, avec saint Blaise, évêque de Sébaste (Arménie mineure), figurant au f° 428, au 3, jour où il est fêté.

Entre temps, elle s’intéresse également au biographe de Charlemagne, Eginhard (770-†840), qui avait fait ses études ici avant de partir et d’intégrer la cour de l’empereur à Aix-la-Chapelle. Elle a sans doute eu en main le manuscrit de "la Vita Caroli magni imperatoris", qu’il écrivit durant son séjour.

Le couple prête toujours une oreille attentive aux événements de Constantinople, après la disparition de Jean Ier Tzimiscès.  Niketas Kurkas, maintenant installé là-bas, envoie régulièrement des messages à Théophano pour la tenir au courant. Il semblerait que Basile II, qui avait atteint l’âge de régner, était parvenu au pouvoir, avec ou sans l’appui de son grand’oncle, l’eunuque parkimomène* Basile, son frère Constantin VIII n’étant pas intéressé par le pouvoir. Toutefois, il y avait un conflit entre ses cousins Bardas Phocas et Bardas Skléros qui tournait à la guerre civile.

Pour l’heure, il fallait aller à Magdebourg, assez loin, à environ 400 km

 

30 JUILLET                   

En cours de route, toujours sollicité pour des avantages, des donations, etc., et à la demande de Théophano, Otton II promulgue deux diplômes. (RIi II, 2 n° 748 et 749)

- Magdeburg fut-elle le lieu de naissance du premier enfant du jeune couple, une fille, qui naquit sans doute fin juillet début août de cette année? L’événement est bien peu repris dans les chroniques, qui relatent presque tous l’événement d’une manière très réduite, souvent en une phrase, et donnent l’indication de "Hochsommer“, plein été pour la date ! Cette ville parait suffisamment emblématique pour qu’elle soit un des lieux possibles de sa naissance. Parmi d’autres diplômes de donations, on en trouve un qui annonce tout simplement la naissance de leur fille. (RIi II,2 n° 749a ; Annales magdeburgenses, MGH Ss XVI, p. 154 ; Annales saxonnes, MGH Ss VI, p.154)

Toutefois le couple ne semble pas y être resté longtemps, la prochaine étape ne sera pas trop lointaine et la route, sans doute parcourue en litière ne devrait pas être très fatigante.

 

AOÛT    

- Grone, près de  Gottingen, est une étape où le couple resta suffisamment longtemps pour être également un des lieux possibles de la naissance de leur premier enfant.

Ce fut une fille et on lui donna le prénom de son aïeule, Adélaïde de Bourgogne, comme pour prouver l’attachement de la jeune impératrice à sa nouvelle famille ottonienne. Elle sera certainement confiée à l’abbaye de Quedlinbourg, dont rappelons-nous, l’abbesse Mathilde n’était autre que la sœur d’Otton II, donc sa tante.

Le couple impérial n’a pas beaucoup le temps pour savourer le bonheur de cette naissance, car Otton II a toujours un problème à régler. En effet, c‘est ici qu’il faut placer l’épisode de la troisième expédition quil  projette de lancer contre la  Bohême du duc Boleslav II. Mais heureusement au dernier moment, celui-ci, inquiet, préféra cette fois prêter allégeance.

 

Le temps pour Otton de promulguer un nouveau diplôme de donation à l’initiative de Théophano (RIi II, 2, n° 750) et de s’apercevoir bientôt que les ennuis ne cessent pas pour autant : profitant de son absence, une conspiration, appelée Guerre des Trois Henri, menée par Henri II de Bavière, Henri Ier de Franconie et Henri, évêque d'Augsbourg, menace Otton de Souabe, son proche parent et confident. Ils attaquent et prennent Passau dont l’évêque Pilgrim (920-991) est un partisan d’Otton II.

Mais ce dernier, unissant ses forces encore présentes à celles de son neveu, reprend la route, bat les conspirateurs à Passau, qu’il reprend grâce au pont de bateaux sur le Danube. Malheureusement l’église Saint-Etienne fut détruite pendant les combats. La ville pacifiée, le  jeune couple s’y retrouva ensuite avec leur petite fille et y séjourna jusque début octobre.

 

SEPTEMBRE

Théophano arrive à Passau, au confluent du Danube et de ses deux affluents, l'Ilz et l'Inn,  au du début du mois, elle y reste trois semaines puis un fait un nouveau séjour de trois semaines à Ratisbonne, (Regensburg)

C'est un deuxième lieu de naissance possible pour leur  leur première fille, cette fois en septembre (Hochsommer ou Frühherbst).

 

8 SEPTEMBRE au DÉBUT OCTOBRE   

- Passau, dont l’histoire est liée depuis le début du VIIIe siècle à saint Boniface, on l’a vu, apôtre de l’Allemagne (680- † 750 ou 754), assassiné à  Dokkum (actuelle commune de Dongeradeel, en Frise), saint et martyr d'origine anglaise. Nommé archevêque de Mayence en 732,  il établit le diocèse de Passau en 738. Théophano avait déjà rencontré l’histoire de ce saint, décidément très populaire, à Erfurt et Fritzlar, dont il avait également créé les diocèses. La ville, sur le Danube et la route du sel, est assez prospère. La gravure ci-contre, bien entendu du XIXe siècle, montre quand même sa position sur le Danube

Otton II règle un certain nombre de différends avant de partir. (RIi II, 2, n° 751-755)

 

5 OCTOBRE           

- Regensburg, où le couple passé l’année dernière, pourra faire une visite plus approfondie avec un des clercs de Wolfgang qui les recevra. L’architecture de Saint-Emmeran, bâtie sur le plan de croix grecque, est familière à la jeune impératrice.

Ils y rencontrent toujours le souvenir de Charlemagne, l'ancienne 'Castra Regina' dont il avait fait une de ses résidences et la capitale de la Bavière. Il y avait même jugé, en 792, un de ses fils illégitimes, Pépin le Bossu (768-811), qui avait prit part à un complot et ne voulait pas moins qu’assassiner son père. (Favier 1999, p. 368)

L’activité commerciale sur le Danube continue à s‘y développer avec l’Europe centrale. Théophano passera du temps au scriptorium, à consulter des psautiers, des évangéliaires en cours de copies, ainsi que la  restauration du "Codex aureus carolingien" que lui montre l’abbé  Ramwold (975-1001).

Otton II est toujours attentif à ce qui se passe sur le flanc est de l’Empire. Il apprend ainsi, par ses conseillers, que la fille de Boleslav Ier de Bohême, Dubravka qui en 965, était devenue duchesse des Polanes par son mariage, avec Mieszko Ier, est décédée. Sa mort annonce la fin de l’alliance naturelle entre les Polonais et les Tchèques, ce qui soulage pour quelque temps l’empereur de la menace orientale toujours présente.

 

20 OCTOBRE

- Allstedt  les a déjà accueillis six fois et ils y reviennent encore avec plaisir. Le château situé en bordure du massif du Harz, semble confortable et sûr. Toute chose encore plus importante avec l’arrivée de leur bébé. Rappelons qu’il a quand même juste 200 ans en cette année 977. Otton II profitera de leur séjour pour s’adonner à la chasse.

 

 29 OTOBRE

- Lingen, dans la Frise, profite de la rivière Ems, qui traverse son canton, pour commercer. C’est la limite extrême de leur voyage.

Tout cela pour discuter avec l’évêque d’Osnabrück, Ludolphe (983), donné pour être son parent, qui demande à Otton II de faire un acte de donation pour un de ses fidèles clercs, Herigius. Il s’agit de certains territoires ou lieu-dits, difficilement identifiables, comme, Rislaun, Reasford, Uuithihula, Girithi, Trelissac, Hiruthnun, Bircfeld, etc. (RIi II, 2, n° 758)

Chose faite, ils repartent vers Dornburg. Certains, s’appuyant sur le diplôme publié à la demande de l’impératrice Adélaïde, les voient passer une fois encore par Brumath, ce qui ferait 500 km de plus ! (RIi II, 2, n° 759)

 

25 DÉCEMBRE

-  Domburg  va donc les accueillir pour les fêtes de Noël et de début d’année.

Il faut la distinguer de sa ville homonyme de la Hesse. Au IXe siècle, l’Empire carolingien y est bien implanté, mais le vrai château ne sera construit qu'au début du Xe siècle. On remarquera sa position sur le plateau au-dessus de la Saale, au carrefour de routes commerciales importantes, avec son gué.

En l'an 937, l'empereur Otton Ier à la demande de sa mère Mathilde transféra tous les revenus de Dornburg et Kirchberg au couvent de Quedlinburg.  Il y avait tenu une réunion en 965.

Pour la première fois, l’année se termine sur une bonne ambiance familiale avec la présence d’un enfant.

 

Basile II. Psautier dit de Venise, Bibliothèque Nle Marciania NM, Ms. gr. 17, fol. 3r. W. Cliché Tokle.

 

Nimègue chapelle Saint Nicola (Valkhofkapel)

W. Cliché Michielverbeek

 

Mayence. À gauche, Saint Alban. Dessin Wenzel Hollar 1631. Archives de Mayence. W. Cliché M.  Bahmann.

 

Statue de saint Boniface, cathédrale de Mayence.

 W. Cliché Martin Bahmann

 

Abbaye de Murbach. A partir du IXe siècle

 

Thionville. La tour aux puces. Voir le lien.

 

Sacramentaire de Fulda. 950-960. Bibliothèque de Bavière. BSB. Clim 10077.  Page de Février avec la mention de saint Blaise au 3 février. Site.

 

Lettrine V historiée : Vita Caroli magni imperatoris. Abbaye Saint-Martial, Limoges, vers 1050. BnF, Ms Lat. 5927, fol. 280v. W. Cliché Romaino

 

Passau, pont sur le Danube. Peinture Kaspar Karsen, XIXe siècle. W. Cliché Botaurus.

Portrait of Ramwod on the Codex Aureus de St. Emmeram. W. Cliché Upload Bot (Eloquence).

 

Regensbourg. Saint Emmeran. Panoramio Google Maps Cliché  Charles Garcia Deza. Site.

 

 

Allstedt. Une autre vue du château. Site.

 

Dornburg sur Saale, vers 1650 ; éd. Merians   Cliché, P. Haack, Sebastian Wallroth

 


Toutefois on sent une certaine inquiétude : en effet d’après les différentes informations provenant de la cour de Lothaire,

ce dernier aurait très mal pris la nomination maladroite par Otton II de son frère Charles comme duc de Basse-Lotharingie.

C’était ainsi honorer celui qui avait voulu jeter le déshonneur sur l'épouse du roi des Francs, Emma la première fille d’Adélaïde,

c’est-à-dire sur le roi lui-même. Avec un personnage aussi imprévisible, on pouvait s’attendre aux pires réactions.

Entretemps, le couple cumule une vingtaine de villes visitées,  échelonnées sur environ 3500 à 4000 km!

 Liens internes

Précédent : 977 à 983 l'Affirmation

    A suivre : Année 978

      Retour : Accueil Théophano Skleraina